Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/114

Cette page n’a pas encore été corrigée


ombée de son support, et que ni elle ni ses gens ne parvenaient à remettre en place.

Je mis ordre à la chose, et je repris ma promenade, mais je ne pouvais guère passer devant l'enseigne de la Gerbe de blé sans que John Lockarby, le père Ruben, fondit sur moi, et me pressât vivement d'entrer pour boire avec lui le coup du matin.

-Un verre de la meilleure bière qu'il y ait dans le pays, brassée sous mon propre toit, dit-il en la versant dans la coupe. Voyons, Maître Micah, à un coffre comme le vôtre, il faut certainement une forte dose de bon malt pour le tenir en bonne condition.

-Et de la bière comme celle-là mérite bien un bon coffre pour la contenir, dit Ruben, qui était à la besogne parmi les bouteilles.

-Qu'en pensez-vous, Micah! dit l'hôtelier. Hier matin le Squire de Milton se trouvait ici avec Johnny Fernley, celui du côté du Bank, et ils prétendent qu'il y a à Farnham un homme capable de vous tomber à la lutte, deux fois sur trois, et de découvrir votre jeu, pour une mise qui en vaille la peine.

-Peuh! répondis-je, vous voudriez faire de moi un mâtin de combat, qui montre les dents à tous les gens du pays! Qu'est-ce que cela prouverait que cet homme me tombe, ou que je le tombe ?

-Qu'est-ce que cela prouverait ? Et bien, et