Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/93

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il nous regarda alternativement et dans ses yeux gris il y avait un je ne sais quoi que je n’avais jamais vu jusqu’alors. La question ainsi faite était facile à comprendre, mais on eût dit qu’il y avait derrière elle une menace, on eût dit qu’il comptait sur la réponse comme sur une obligation et non comme sur une faveur.

— Grande Bretagne ? demanda-t-il encore, en frappant vivement de sa botte sur les galets.

— Oui, dis-je, pendant que Jim éclatait de rire.

— Angleterre ? Écosse ?

— Écosse, mais c’est l’Angleterre de l’autre côté de ces arbres, là-bas.

— Bon, je sais où je suis, maintenant ! Je me suis trouvé dans le brouillard sans boussole pendant près de trois jours, et je ne m’attendais plus à revoir la terre.

Il parlait l’anglais très couramment, mais de temps à autre avec des tournures étranges de phrases.

— Alors d’où venez-vous ? demanda Jim.

— J’étais dans un navire qui a fait naufrage,