Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/90

Cette page a été validée par deux contributeurs.


côté. Les Alliés ont occupé Paris. Boney a jeté le manche après la cognée, et tous ses hommes jurent fidélité à Louis XVIII.

— Et l’Empereur ? demandai je, est-ce qu’on l’épargnera ?

— Il est question de l’envoyer à l’île d’Elbe, où il sera hors d’état de nuire. Mais ses officiers ! Il en est qui ne s’en tireront pas à aussi bon compte. Il a été commis pendant ces derniers vingt ans des actes qui n’ont point été oubliés, et il y a encore quelques vieux comptes à régler. Mais c’est la Paix ! la Paix.

Et il se remit à ses gambades, le pot en main, autour de son feu de joie.

Nous passâmes quelques instants avec le major.

Puis nous descendîmes, Jim et moi, vers la plage, en causant de cette grande nouvelle et de ce qui s’en suivrait.

Il savait peu de choses.

Moi je ne savais presque rien ; mais nous ajustâmes tout cela, nous dîmes que les prix de toutes choses baisseraient, que nos braves gaillards reviendraient au pays, que les navires iraient où ils voudraient en sécurité,