Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/87

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Même alors elle tournait autour de moi, avec ses façons câlines, ses histoires que Jim était bien rude avec elle, et combien elle avait été heureuse au temps où j’étais bien disposé pour elle.

Il lui fallait parler ainsi : elle avait cela dans le sang, et ne pouvait agir autrement.

Mais, presque tout le reste du temps, Jim et elle étaient fort heureux.

Dans tout le pays on disait que le mariage aurait lieu dès qu’il serait reçu docteur.

Alors il viendrait passer quatre nuits par semaine à West Inch avec nous.

Mes parents en étaient contents et je faisais de mon mieux pour être content de mon côté.

Il y eut peut-être un peu de froideur entre lui et moi dans les commencements.

Ce n’était plus de lui à moi cette vieille amitié de camarades d’école. Mais plus tard, quand la douleur fut passée, il me semble qu’il avait agi avec franchise, et que je n’avais pas de juste motif pour me plaindre de lui.

Nous étions donc restés amis, jusqu’à un certain point.

Il avait oublié toute sa colère contre elle.