Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/84

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Eh bien, Jock, voilà assez de sottises comme cela, dit-il. La voici, lui demanderons-nous de déclarer lequel de nous elle préfère ? Elle ne pourra pas nous tricher, maintenant que nous sommes tous deux ici ?

— J’y consens, répondis-je.

— Et moi aussi, si elle se prononce en votre faveur, je vous jure que je ne tournerai pas seulement un œil de son côté. En ferez-vous autant pour moi ?

— Oui, je le ferai.

— Eh bien alors, faites attention, vous ! Nous voici deux honnêtes gens et amis, nous ne nous mentons jamais, et maintenant nous connaissons votre double jeu. Je sais ce que vous avez dit hier soir. Jock sait ce que vous avez dit aujourd’hui. Vous le voyez ; maintenant parlez carrément, sans détour. Nous voici devant vous : prononcez-vous une bonne fois pour toutes. Lequel est-ce de Jock ou de moi.

Vous croyez peut-être la demoiselle accablée de confusion.

Loin delà, ses yeux brillaient de joie.

Je parierais volontiers que jamais de sa vie elle ne fut plus fière.