Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/82

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tée, comme celle d’un homme en qui se livre un rude combat intérieur.

Deux longues minutes se passèrent avant qu’il parlât.

— Voyons, Jock, dit il, cette femme là se moque de nous deux. Vous entendez, l’ami, elle se moque de nous deux. Elle vous aime à West Inch, elle m’aime sur la lande, et dans son cœur de diablesse, elle se soucie autant de nous deux que d’une fleur d’ajonc. Serrons-nous la main, mon ami, et envoyons au diable l’infernale coquine.

Mais c’était trop me demander.

Au fond du cœur, il m’était impossible de la maudire, plus impossible encore de rester impassible à écouter un autre mal parler d’elle. Non, quand même cet autre eût été mon plus vieil ami.

— Pas de gros mots, m’écriai-je.

— Ah ! vous me donnez mal au cœur avec vos propos bénins. Je l’appelle du nom qu’elle devrait porter.

— Ah ! vraiment ? dis je en ôtant mon habit. Attention, Jim Horscroft, si vous dites encore un mot contre elle, je vous le ferai rentrer