Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/8

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tite langue rouge de flamme dans les ténèbres.

Je me rappelle que je me frottai les yeux, je me frappai les poignets contre le cadre en pierre de la fenêtre, pour me convaincre que j’étais éveillé.

Alors la flamme grandit, et je vis la ligne rouge et mobile se refléter dans l’eau, et je m’élançai à la cuisine.

Je hurlai à mon père que les Français avaient franchi la Manche et que le signal de l’embouchure de la Tweed flambait.

Il causait tranquillement avec M. Mitchell, l’étudiant en droit d’Edimbourg.

Je crois encore le voir secouant sa pipe à côté du feu et me regardant par-dessus ses lunettes à monture de corne.

— Êtes-vous sûr, Jock, dit-il ?

— Aussi sûr que d’être en vie, répondis-je d’une voix entrecoupée.

Il étendit la main pour prendre sur la table la Bible, qu’il ouvrit sur son genou, comme s’il allait nous en lire un passage, mais il la referma, et sortit à grands pas.

Nous le suivîmes, l’étudiant en droit et moi,