Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/77

Cette page a été validée par deux contributeurs.


nations, sans se monter la tête, elle commençait à éprouver de l’affection pour le simple, le grossier Jock Calder, de West Inch.

C’était cette même pensée, qui, restée en mon cœur, était cause de ce petit gazouillement matinal de joie.

Puis je me rappelai qu’en me dépêchant, je serais prêt pour sortir avec elle, car elle avait l’habitude d’aller se promener dès le lever du soleil.

Mais j’étais arrivé trop tard.

Quand je fus devant sa porte, je trouvai celle-ci entr’ouverte, et la chambre vide.

« Bon, me dis-je, du moins je la rencontrerai, peut-être, et nous reviendrons ensemble.

Du haut de la côte de Corriemuir, on voit tout le pays d’alentour ; donc, prenant mon bâton, je partis dans cette direction.

La journée était claire, mais froide, et le ressac faisait entendre son grondement sonore, bien que depuis plusieurs jours il n’y eût point eu de vent dans notre région.

Je montai le raide sentier en zigzag, respirant l’air léger et vif du matin, et je sifflotais