Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/55

Cette page a été validée par deux contributeurs.


de plaid voltigeant par-dessus son épaule, pendant qu’il grimpait la montée de la colline.

C’était une bien chétive existence, que celle de West Inch, ou j’attendais mon tour de remplacer mon père, sur la même lande, au bord du même ruisseau, toujours des moutons, et toujours cette maison grise devant les yeux.

Et de l’autre côté, il y avait la mer bleue.

Ah, en voilà une vie pour un homme !

Et le major, un homme qui n’était plus dans la force de l’âge, il était blessé, fini, et pourtant il faisait des projets pour se remettre à la besogne alors que moi, à la fleur de l’âge, je dépérissais parmi ces collines !

Une vague brûlante de honte me monta à la figure, et je me levai soudain, plein d’ardeur de partir, et de jouer dans le monde le rôle d’un homme.

Pendant deux jours, je ne fis que songer à cela.

Le troisième, il survint un événement qui condensa mes résolutions, et aussitôt les dissipa, comme un souffle de vent fait disparaître une fumée.