Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/50

Cette page a été validée par deux contributeurs.


jamais bien pardonné la façon dont je la traitais d’ordinaire.

Que ces façons là plussent à tout autre qu’à une personne évadée d’une maison de fous, voilà qui dépassait tout à fait mon intelligence.

Je me rappelai le temps, où la surprenant sur le seuil en train de lire, je fixais au bout d’une baguette élastique de coudrier de petites boules d’argile, que je lui lançais, jusqu’à ce qu’elle finît par pleurer.

Je me rappelai aussi qu’ayant pris une anguille dans le ruisseau de Corriemuir, je la poursuivis, cette anguille à la main, avec tant d’acharnement qu’elle finit par se réfugier, à moitié folle d’épouvante, sous le tablier de ma mère, et que mon père m’asséna sur le trou de l’oreille un coup de bâton à bouillie qui m’envoya rouler, avec mon anguille, jusque sous le dressoir de la cuisine.

Voilà donc ce qu’elle regrettait ?

Eh bien, elle se résignerait à s’en passer, car ma main se sécherait avant que je sois capable de recommencer maintenant.

Mais je compris alors pour la première fois,