Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/47

Cette page a été validée par deux contributeurs.


et comme la carriole ne lui plaisait pas, elle loua le gig d’Angus Whitehead, qui avait la ferme de l’autre côté de la côte.

Et il était rare qu’elle revînt sans apporter quelque chose pour l’un de nous ; une pipe de bois pour mon père, un plaid des Shetlands pour ma mère, un livre pour moi, un collier de cuivre pour Rob, notre collie.

Jamais on ne vit femme plus dépensière.

Mais ce qu’elle nous donna de meilleur, ce fut avant tout sa présence.

Pour moi, cela changea entièrement l’aspect du paysage.

Le soleil était plus brillant, les collines plus vertes et l’air plus doux depuis le jour de sa venue.

Nos existences perdirent leur banalité, maintenant que nous les passions avec une telle créature, et la vieille et morne maison grise prit un tout autre aspect à mes yeux depuis le jour où elle avait posé le pied sur le paillasson de la porte.

Cela ne tenait point à sa figure, qui pourtant était des plus attrayantes, non plus qu’à sa tournure, bien que je n’aie vu aucune