Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/46

Cette page a été validée par deux contributeurs.


III

L’OMBRE SUR LES EAUX


Il ne fallut pas longtemps à la cousine Edie pour régner souverainement à West Inch et pour faire de nous tous, y compris mon père, ses sujets.

Elle avait de l’argent, et tant qu’elle voulait, bien qu’aucun de nous ne sut combien.

Lorsque ma mère lui dit que quatre shillings par semaine paieraient toutes ses dépenses, elle porta spontanément la somme à sept shillings six pence.

La chambre du sud, la plus ensoleillée, et dont la fenêtre était encadrée de chèvrefeuille, lui fut assignée, et c’était merveille de voir les bibelots qu’elle avait apportés de Berwick pour les y ranger.

Elle faisait le voyage deux fois par semaine,