Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/43

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Nous ferons tout notre possible pour vous rendre heureuse à West Inch, dis-je en jouant avec le fouet.

— Assurément, c’est bien de la bonté de votre part que d’accueillir une pauvre fille isolée, dit-elle.

— C’est bien de la bonté de votre part que de venir, cousine Edie, balbutiai-je. Vous trouverez la vie bien monotone, je le crains, dis-je.

— Elle sera assez calme en effet, Jack, n’est-ce pas ? Il n’y a pas beaucoup d’hommes par là-bas, autant qu’il m’en souvient.

— Il y a le Major Elliott, à Corriemuir. Il vient passer la soirée de temps à autre. C’est un brave vieux soldat, qui a reçu une balle dans le genou, pendant qu’il servait sous Wellington.

— Ah ! quand je parle d’hommes, je ne veux pas parler des vieilles gens qui ont une balle dans le genou, je parle de gens de notre âge, dont on peut se faire des amis. À propos, ce vieux docteur si aigre, il avait un fils, n’est ce pas ?

— Oh ! oui, c’est Jim Horscroft, mon meilleur ami.