Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/260

Cette page a été validée par deux contributeurs.


le ciel, sur le champ de bataille de Belgique.

— Qui l’aurait cru ? s’écria-t-elle. Qu’êtes vous alors, Jock ? Général ? Capitaine ?

— Non, je suis simple soldat.

— Comment, vous n’êtes pas, je l’espère, de ces gens du commun qui portant le fusil ?

— Si, je porte le fusil.

— Oh ! ce n’est pas, à beaucoup près, aussi intéressant, dit-elle en retournant s’asseoir sur le canapé qu’elle avait quitté.

C’était une chambre superbe, toute tendue de soie et de velours, pleine d’objets brillants, et j’étais sur le point de repartir pour donner à mes bottes un nouveau coup de brosse.

Quand Edie s’assit, je vis qu’elle était en grand deuil ; cela me prouva qu’elle connaissait la mort de de Lissac.

— Je suis content de voir que vous savez tout, dis-je, car je suis très maladroit pour annoncer avec ménagement les nouvelles. Il a dit que vous pouviez garder tout ce qu’il y avait dans les malles, et qu’Antoine avait les clefs.

— Merci, Jock, merci, dit-elle, vous avez