Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/248

Cette page a été validée par deux contributeurs.


leur du combat, mais maintenant, dans l’air froid du matin, alors qu’on n’a pas le tambour ni le clairon pour vous exciter, tout ce qu’il y a de glorieux a disparu, il ne reste plus qu’une vaste boutique de boucher, où de pauvres diables ont été éventrés, écrasés, mis en bouillie, où l’on dirait que l’homme a voulu tourner en dérision l’œuvre de Dieu.

L’on pouvait lire sur le sol chaque phase du combat de la veille : les fantassins morts, formant encore des carrés, la ligne confuse de cavaliers qui les avaient chargés, et en haut, sur la pente, les artilleurs gisant autour de leur pièce brisée.

La colonne de la Garde avait laissé une bande de morts à travers la campagne.

On eût dit la trace laissée par une limace. En tête, se dressait un amas de morts en uniforme bleu, entassés sur les habits rouges, à l’endroit où avait eu lieu cette étreinte furieuse, lorsqu’ils avaient fait le premier pas en arrière.

Et ce que je vis tout d’abord, en arrivant à cet endroit, ce fut Jim, lui-même.