Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/226

Cette page a été validée par deux contributeurs.


toute noire de poudre, debout à ma droite et appuyé sur son fusil.

Il vit que je le regardais et me demanda, en criant, si j’étais blessé.

— Tout va bien, Jim, répondis-je.

— Je crains bien d’être venu ici chasser un gibier imaginaire, dit-il, d’un air sombre. Mais ce n’est pas encore fini. Par Dieu ! j’aurai sa peau, ou il aura la mienne.

Il avait si longtemps couvé son tourment, le pauvre Jim, que je crois vraiment que cela lui avait tourné la tête.

En effet, il avait dans les yeux, en parlant, une expression qui n’avait presque rien d’humain.

Il avait toujours été de ceux qui prennent à cœur, même de petites choses, et depuis qu’Edie l’avait abandonné, je crois qu’il n’avait jamais été maître de lui-même.

Ce fut à ce moment de la bataille que nous assistâmes à deux combats singuliers, chose assez commune, à ce qu’on me dit, dans les batailles d’autrefois, avant que les hommes fussent exercés à se battre par masses.