Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/218

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Un autre, qui avait reçu une balle dans la cuisse, un grand diable à moustache noire, était assis le dos contre le cadavre de son cheval.

Ramassant sa carabine, il fit feu avec autant de sang-froid que s’il avait concouru pour le tir à la cible, et il atteignit en plein front Angus Myres qui n’était séparé de moi que par deux hommes.

Il allongeait la main pour prendre une autre carabine qui se trouvait tout près, mais avant qu’il eût le temps de la saisir, le gros Hodgson, qui formait le pivot de la compagnie de Grenadiers, accourut et lui planta sa baïonnette dans la gorge. Grand dommage, car c’était un fort bel homme !

Tout d’abord je m’imaginai que les cuirassiers s’étaient enfuis à la faveur de la fumée, mais ils n’étaient pas gens à le faire aussi facilement.

Leurs chevaux avaient dévié sous notre feu.

Ils avaient continué leur course au delà de notre carré et reçu le feu des deux carrés placés plus loin.