Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/217

Cette page a été validée par deux contributeurs.


qui allait flottant lentement en avant et en arrière.

Un coup de clairon nous avertit de cesser le feu.

Une bouffée de vent emporta le voile qui s’étendait devant nous et alors nous pûmes voir ce qui s’était passé.

Je m’étais attendu à voir la moitié de ce régiment de cavalerie couché à terre, mais soit que leurs cuirasses les eussent protégés, soit que par suite de notre jeunesse et de l’agitation que nous avait causée leur approche, nous eussions tiré haut, notre feu ne leur avait pas causé grand dommage.

Environ trente chevaux gisaient par terre, trois ensemble à moins de dix yards de moi, celui du milieu était complètement sur le dos, les quatre pattes en l’air, et c’était l’une de ces pattes que j’avais vue s’agiter à travers la fumée.

Il y avait huit ou dix morts et autant de blessés, qui restaient assis sur l’herbe, la plupart tout étourdis, mais l’un d’eux criant à tue-tête :

Vive l’Empereur !