Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/215

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Les officiers passaient à cheval devant nous en agitant leurs épées pour nous arrêter.

Des sonneries de clairons se firent entendre.

Il y eut des poussées, des manœuvres, les sergents jurant et nous bourrant de coups de hallebarde.

En moins de temps qu’il ne m’en faut pour l’écrire, la brigade était disposée en trois petits carrés bien dessinés, tout hérissés de baïonnettes, et disposés en échelon, comme on dit, ce qui permettait à chacun d’eux de tirer en travers de l’une des faces de l’autre.

Ce fut là notre salut, comme je pus le voir, tout jeune soldat que j’étais, et il n’était même que temps.

Il y avait sur notre flanc droit une colline basse et onduleuse.

De derrière cette colline montait un bruit auquel rien au monde ne ressemble autant que celui des vagues sur la côte de Berwick quand le vent vient de l’Est.

La terre était tout ébranlée de ce grondement sourd : l’air en était plein.

— Ferme, soixante-onzième, au nom de