Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/213

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Mais nous pouvons les arrêter, je crois. Tut ! Tut ! nous ne saurions permettre à des tirailleurs de réduire une batterie au silence. Allez me débusquer ces gens-là, Adams.

Alors j’éprouvai pour la première fois ce frisson diabolique qui vous court dans le corps, quand on vous donne votre rôle à remplir dans le combat.

Jusqu’à présent, nous n’avions pas fait autre chose que de rester couchés et d’être tués, ce qui est la chose la plus maussade du monde.

À présent notre tour était venu, et sur ma parole, nous étions prêts.

Nous nous levâmes, toute la brigade, en formant une ligne de quatre hommes d’épaisseur.

Alors ils se sauvèrent comme des vanneaux, en baissant la tête, arrondissant le dos, et traînant leurs fusils par terre.

La moitié d’entre eux échappèrent, mais nous nous emparâmes des autres, et tout d’abord de leur officier, car c’était un très gros homme, qui ne pouvait courir bien vite.

Je reçus comme un coup en voyant Rob Stewart, qui était à ma droite, planter sa