Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/208

Cette page a été validée par deux contributeurs.


On eût dit un ballon rouge de football.

Un autre traversa le cheval de l’adjudant avec un bruit sourd comme celui d’une pierre lancée dans de la boue. Il lui brisa les reins et le laissa là gisant, comme une groseille éclatée.

Trois autres boulets tombèrent plus loin vers la droite. Les mouvements désordonnés et les cris nous apprirent qu’ils avaient porté.

— Ah ! James, vous avez perdu une bonne monture, dit le major Reed, qui se trouvait juste devant moi, en regardant l’adjudant dont les bottes et les culottes ruisselaient de sang.

— Je l’avais payé cinquante belles livres à Glasgow, dit l’autre. N’êtes-vous pas d’avis, major, que les hommes feraient mieux de se tenir couchés, maintenant que les canons ont précisé leur tir sur nous ?

— Pfut ! dit l’autre, ils sont jeunes, James. Cela leur fera du bien.

— Ils en apprendront assez, avant que la journée soit finie, répondit l’adjudant.

Mais à ce moment, le colonel Reynell vit que les carabiniers et le 52e étaient couchés à droite et à gauche de nous, de sorte qu’il