Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/20

Cette page a été validée par deux contributeurs.



— Voilà qui est fait, dit l’homme d’une voix rapide et basse, vous avez de la place.

— Mais l’ouverture est toute bordée d’éclats, fit l’autre avec un tremblement de frayeur.

L’individu lança un juron qui me donna la chair de poule.

— Entrez, entrez, maudit roquet, gronda-t-il, ou bien je…

Je ne pus voir ce qu’il fit. Mais il y eut un court halètement de douleur.

— J’y vais, j’y vais, s’écria le petit garçon.

Mais je n’en entendis pas plus long, car la tête me tourna brusquement.

Mon talon glissa de la branche.

Je poussai un cri terrible et je tombai de tout le poids de mes quatre-vingt quinze livres, juste sur le dos courbé du cambrioleur.

Si vous me le demandiez, tout ce que je pourrais vous répondre, c’est qu’aujourd’hui même je ne saurais dire si ce fut un accident, ou si je le fis exprès.

Il se peut bien que pendant que je songeais à le faire, le hasard se soit chargé de trancher la question pour moi.

L’individu était courbé, la tête en avant,