Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/193

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vieille histoire toute défraîchie, mais vous ne pouvez pas vous figurer notre empressement à nous entasser autour des deux hommes dans la grange.

On se battait, on se bousculait, rien que pour attraper un mot de ce qu’ils disaient, et ceux qui avaient entendu étaient à leur tour assaillis par la foule de ceux qui ne savaient rien.

On rit, on applaudit, on gémit tour à tour, en entendant raconter que la 44e avait reçu la cavalerie en ligne, que les Hollando-Belges avaient pris la fuite, que la Garde Noire avait laissé pénétrer les Lanciers dans son carré, et les y avait tués à loisir. Mais les Lanciers mirent les rieurs de leur côté en réduisant le 69e à sa plus simple expression et emportant un des drapeaux.

Et pour conclure, le Duc battait en retraite afin de conserver le contact avec les Prussiens.

Le bruit courait qu’il choisirait son terrain et livrerait une grande bataille à l’endroit même où nous avions fait halte.

Et nous vîmes bientôt que ce bruit était