Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/184

Cette page a été validée par deux contributeurs.


la vitesse qu’il pouvait donner à son grand cheval gris pommelé.

Il penchait la tête sur la crinière, et lui cinglait le cou avec le reste des rênes. On eût dit que sa vie dépendait de sa rapidité.

— Holà, Reynell, dit le général, voilà qui commence à avoir l’air sérieux. Qu’est-ce que vous dites de cela ?

Tous deux mirent leur cheval au trot pour s’avancer, et Adams ouvrit vivement la dépêche que lui tendit le messager.

L’enveloppe n’était pas encore à terre qu’il fit demi-tour, et agita la lettre au-dessus. De sa tête, comme il l’eût fait de son sabre.

— Rompez les rangs ! cria-t-il. Revue générale et mise en marche dans une demi-heure.

Alors pendant un instant, il y eut grand bruit, grande agitation, et les nouvelles volèrent de bouche en bouche.

Napoléon avait franchi la frontière la veille, poussé les Prussiens devant lui, et s’était déjà fort avancé dans l’intérieur du pays, à l’est par rapport à nous, avec cent cinquante mille hommes.