Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/171

Cette page a été validée par deux contributeurs.


cette direction. Eh ! c’est un mauvais vent, un vent qui ne présage rien de bon. Je viens justement de recevoir la nouvelle que je dois rejoindre le 71e régiment comme premier major.

À ces mots je serrai la main à notre bon voisin, car je savais combien il était humilié de se voir traiter en invalide, qui n’avait plus de rôle à jouer en ce monde.

— Il faut que je rejoigne mon régiment le plus tôt possible, et nous serons là-bas, de l’autre côté de l’eau, dans un mois, peut-être même à Paris dans un autre mois.

— Alors, par le Seigneur ! major, s’écria Jim Horscroft, je pars avec vous. Je ne suis pas trop fier pour refuser de porter le fusil, si vous voulez me mettre en face de ce Français.

— Mon garçon, dit le major, je serai fier de vous avoir sous mes ordres. Quant à de Lissac, où sera l’Empereur, il sera aussi.

— Vous savez son nom ? dis-je. Qu’est-ce que vous pouvez nous apprendre de lui ?

— Il n’y a pas de meilleur officier dans l’armée française, et pourtant c’est beaucoup dire. Il paraît qu’il serait devenu maréchal, mais qu’il a préféré, rester auprès de l’Empe-