Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/169

Cette page a été validée par deux contributeurs.


s’écria mon père en insistant, cela vous remontera le cœur.

Jim saisit la bouteille et la lança par-dessus la haie du jardin.

— C’est excellent pour ceux qui tiennent à oublier, dit-il, mais moi je tiens à me souvenir.

— Que Dieu vous pardonne ce gaspillage coupable, s’écria mon père d’une voix forte.

— Et aussi d’avoir failli casser la tête à un officier de l’infanterie de Sa Majesté, dit le vieux major Elliott en se montrant au-dessus de la haie. Je me serais contenté d’une lampée après une promenade matinale, mais une bouteille qui vous frise l’oreille en sifflant ! Mais qu’est il donc arrivé que vous restez tous là aussi immobiles que des gens rangés autour d’une fosse, à un enterrement ?

Je lui expliquai en quelques mots nos chagrins, pendant que Jim, la figure d’une pâleur cendrée, les sourcils froncés très bas, restait adossé au montant de la porte.

Le major, quand j’eus fini, se montra aussi furieux que nous, car il avait de l’affection pour Jim et pour Edie.