Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/166

Cette page a été validée par deux contributeurs.


let d’Edie, et que dès lors il savait tout.

Mais quand il fut plus près, je vis que c’était une grande feuille raide et jaune, qui craquait quand on l’agitait, et qu’il avait les yeux pétillants de joie.

— Hourra ! Jock, cria-t-il. Où est Edie ? Où est Edie ?

— Qu’est-ce qu’il y a, l’ami ? demandai-je.

— Où est Edie ?

— Qu’est-ce que vous avez-là ?

— C’est mon diplôme, Jock, je puis exercer quand je voudrai. Tout va bien ; je veux le montrer à Edie.

— Le mieux que vous puissiez faire, c’est de ne plus songer à Edie, répondis-je.

Jamais je n’ai vu la figure d’un homme s’altérer comme la sienne quand j’eus dit ces mots.

— Quoi ? Qu’est-ce que vous voulez dire, Jock Calder ? balbutia-t-il.

En parlant ainsi, il avait lâché le précieux diplôme, que le vent emporta par-dessus la haie, à travers la lande, jusqu’à une touffe d’ajoncs, où il s’arrêta en voltigeant, mais Jim n’y fit aucune attention.