Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/160

Cette page a été validée par deux contributeurs.


X

LE RETOUR DE L’OMBRE


Le lendemain matin, je me levai le cœur gros, car j’étais certain que Jim ne tarderait pas à paraître, et que ce jour-là serait un jour de grands chagrins.

Mais quelle somme de tristesses ce jour-là devait-il apporter, jusqu’à quel point modifierait-il le destin de chacun de nous ? C’était plus que je n’aurais osé en imaginer dans mes moments les plus sombres.

Permettez-moi, cependant, de vous conter tout cela dans l’ordre même des événements.

Ce matin-là, je m’étais levé de bonne heure, car on allait entrer en pleine période de la mise bas des agneaux.

Mon père et moi, nous partions pour le pâturage dès le petit jour.