Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/156

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Edie vous a parlé. Jim pourra faire ce qu’il voudra.

— Vous nous avez joliment récompensés de vous avoir accueillis.

— Mon brave garçon, dit-il, je vous ai, comme vous le dites, fort joliment récompensés. J’ai délivré Edie d’une existence qui est indigne d’elle, et je l’ai fait entrer par le mariage dans une noble famille. D’ailleurs, j’ai plusieurs lettres à écrire ce soir. Quant au reste, nous pourrons en causer demain, quand votre ami Jim sera revenu pour vous aider.

Il fit un pas vers la porte.

— Et c’était pour cela que vous attendiez à la Tour d’alarme, m’écriai-je, soudainement éclairé.

— Hé ! Jock, voilà que vous devenez perspicace, dit-il, d’un ton moqueur.

Un instant après, j’entendis la porte de sa chambre se fermer et la clef tourner dans la serrure.

Je m’attendais à ne plus le revoir de la soirée, mais quelques minutes plus tard, il descendit à la cuisine, où je tenais compagnie aux vieux parents.