Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/153

Cette page a été validée par deux contributeurs.


chambre, car je voyais bien qu’elle y était.

— Allez-vous en, Jock, allez-vous en, cria-t-elle. Vous voulez me gronder. Je ne veux pas être grondée. Je n’ouvrirai pas la fenêtre. Allez-vous en.

Mais je persistai à frapper.

— Il faut que je vous dise un mot.

— Qu’est-ce alors ? dit-elle en entrouvrant de trois pouces. Dès que vous commencerez à gronder, je la refermerai.

— Etes-vous vraiment mariée, Edie ?

— Oui, je suis mariée.

— Qui vous a mariés ?

— Le Père Brenman, à la chapelle catholique romaine de Berwick.

— Vous, une presbytérienne ?

— Il tenait à ce que le mariage se fît dans une église catholique.

— Quand cela s’est-il fait ?

— Il y aura une semaine mercredi.

Je me souvins que ce jour-là elle était allée en voiture à Berwick, et que de Lapp, de son côté, s’était absenté pour faire, à ce qu’il disait, une longue promenade dans la montagne.