Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/143

Cette page a été validée par deux contributeurs.


à moins qu’il n’y ait une guerre, et il n’y aura plus de guerre de mon vivant.

— Oh ! vous croyez cela ! dit de Lapp, avec un sourire. Eh bien, nous verrons : nous verrons, mon ami.

Il ôta son chapeau, puis faisant vivement demi-tour, il se dirigea d’un bon pas du côté de West Inch.

Le major resta à le suivre des yeux, l’air pensif.

Puis, il me demanda ce qui m’avait fait croire qu’il était un espion.

Quand je le lui eus dit, il ne répondit rien, hocha seulement la tête, et il avait alors l’air d’un homme qui n’a pas l’esprit bien tranquille.