Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/130

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tions, pendant que le major hochait de temps à autre sa vieille tête grisonnante.

À la fin, ils parurent s’être mis d’accord pour quelque convention, et j’entendis le major dire à plusieurs reprises : Parole d’honneur, et ensuite Fortune de la guerre, mots que je compris fort bien, car chez Birtwhistle on nous poussait fort loin.

Mais depuis je remarquai constamment que le major ne se laissait jamais aller à la même familiarité de langage, dont nous usions avec notre locataire, qu’il s’inclinait en lui adressant la parole, et qu’il lui prodiguait les marques de respect.

Plus d’une fois je demandai au major ce qu’il savait à ce sujet, mais il se déroba toujours, et je ne pus rien tirer de lui.

Jim Horscroft passa tout cet été à la maison, mais vers la fin de l’automne, il retourna à Édimbourg, pour les cours d’hiver, car il se proposait de travailler assidûment et d’obtenir son diplôme au printemps prochain, s’il pouvait, et il reviendrait passer la Noël.

Il y eut donc une grande scène d’adieu entre lui la cousine Edie.