Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/128

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Lorsque nous voulions en savoir plus long de lui, il se bornait à hocher la tête ou à rire.

Dans de certains moments, nous pensions qu’il n’était qu’un adroit imposteur, car pourquoi un homme qui avait tant d’influence et de talents serait-il venu perdre son temps dans le comté de Berwick ?

Mais un jour, survint un incident bien fait pour nous prouver que sa vie avait en effet un passé très rempli.

Comme vous vous en souvenez sans doute, nous avions pour très proche voisin un vieil officier de la guerre d’Espagne, le même qui avait dansé autour du feu de joie avec sa sœur et les deux bonnes.

Il s’était rendu à Londres pour quelque affaire relative à sa pension et à son indemnité de blessure, et avec quelque espoir qu’on lui trouverait un emploi, de sorte qu’il ne revint que vers la fin de l’automne.

Dès les premiers jours de son retour, il descendit pour nous rendre visite, et alors ses yeux se portèrent pour la première fois sur de Lapp.