Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/124

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Et nous partîmes tous deux de cet éclat de rire cordial par lequel finissaient d’ordinaire ces sortes de discussions.

Parfois, lorsqu’il parlait ainsi, je croyais qu’il plaisantait. En d’autres moments, il n’était pas aussi facile de l’admettre.

Je me souviens très bien qu’un soir de cet été-là, comme nous étions assis à la cuisine, lui, mon père, Jim, et moi, et que les femmes étaient allées se coucher, il se mit à parler de l’Écosse et de ses rapports avec l’Angleterre.

— Jadis vous aviez votre roi à vous, et vos lois se faisaient à Édimbourg, dit-il. Ne vous sentez-vous pas pleins de rage, et de désespoir, à la pensée que tout cela vient de Londres.

Jim ôta sa pipe de sa bouche.

— C’est nous qui avons imposé notre roi à l’Angleterre, et si quelqu’un devait enrager, ce seraient ceux de là-bas.

Évidemment l’étranger ignorait ce détail. Cela lui imposa silence un instant.

— Oui, mais vos lois sont faites là-bas, dit-il enfin, et assurément ce n’est pas avantageux.