Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/111

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pièces d’or d’une guinée et les étala sur là table.

— Qu’est-ce que vous dites de cela, Marthe ? fit-il.

— Eh bien, c’est que vous aurez vendu deux béliers noirs, voilà tout ?

— Non, c’est un mois de paiement pour la nourriture et le logement de l’ami de Jack, et il en rentrera autant toutes les quatre semaines.

Mais, en entendant cela, ma mère hocha la tête.

— Deux livres par semaine, c’est beaucoup trop, dit-elle, et ce n’est pas alors que le pauvre gentleman est dans le malheur que nous devons lui faire payer ce prix pour un peu de nourriture.

— Ta ! Ta ! s’écria mon père, il peut très bien le faire sans se gêner. Il a une sacoche pleine d’or. En outre, c’est le prix qu’il a offert lui-même.

— Cet argent-là ne portera pas bonheur, dit-elle.

— Eh ! Eh ! ma femme, vous aurait-il mis la tête à l’envers avec ses façons d’étranger.