Page:Doyle - La Grande Ombre.djvu/102

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il m’avait inspiré, je crois, de la défiance, et pourtant il exerçait sur moi de la fascination.

Il y avait, en effet, dans son port, dans son air, dans toutes ses façons de s’exprimer, je ne sais quoi qui différait entièrement de tout ce que j’avais vu jusqu’alors.

Jim Horscroft était un bel homme, et le Major Elliott un homme brave, mais il manquait à tous deux quelque chose que possédait cet inconnu : c’était ce coup d’œil alerte et vif, cet éclat des yeux, cette distinction indéfinissable à décrire.

Puis, nous l’avions sauvé alors qu’il gisait, respirant à peine, sur les galets, et on a toujours le cœur tendre envers un homme a qui l’on a rendu service.

— Si vous voulez venir avec moi, dis-je, je suis à peu près sûr de vous trouver un lit pour une nuit ou deux. Pendant ce temps-là, vous serez mieux en mesure de faire vos arrangements.

Il ôta son chapeau et s’inclina avec toute la grâce imaginable. Mais Jim Horscroft me tira par la manche, et m’entraîna à l’écart.