Ouvrir le menu principal
Cette page a été validée par deux contributeurs.



— Allons, ça marche, dit Mortimer, le nez enfoui dans son carnet de notes. « Merry-weather route coupée par Derviches, retourné en arrière, tué coup de feu, mutilé, communications coupées par raid Derviches ». Est-ce clair ?

— Vous croyez qu’on lui a coupé la route ?

— Naturellement. Pourquoi serait-il retourné sur ses pas ?

— Dans ce cas, il doit y avoir plusieurs reconnaissances d’ennemis !

— Cela me parait prouvé.

— Pourquoi dites-vous qu’il a été mutilé ?

— Ce n’est pas la première fois que je me rencontre avec les Arabes.

— Où allez-vous donc ?

— À Sarras.

— Moi aussi. Nous allons lutter de vitesse.

Leur désir d’expédier des nouvelles était si violent qu’ils ne semblaient pas même se rendre compte que leur camp, leurs domestiques et eux-mêmes se trouvaient pour ainsi dire dans la gueule du loup. Pendant qu’ils parlaient, on entendait le crépitement de la fusillade et, au-dessus de leur tête le sifflement des balles. Une branche de palmier tomba à leurs pieds et au même instant les six domestiques se précipitèrent au-devant d’eux, affolés, implorant leur protection.

Ce fut Mortimer qui organisa la défense.

— Tali, Henna… Essi ! Pourquoi diable êtes-vous aussi effrayés. Abritez les chameaux derrière les troncs des palmiers… et maintenant attachez-les solidement.Vous n’avez donc jamais entendu siffler les balles ? Allons, couchez vos ânes de ce côté… Mais non, ne mettez pas là mon poney… Vous en faites une cible ! Placez-le avec les deux autres chevaux, derrière le bouquet d’arbres. Ces gaillards-là semblent tirer encore plus haut qu’en 1885.

— Voilà cependant une balle qui a touché, s’écria Scott en entendant un bruit mat, semblable à celui que produirait une pierre sur un tas de bouc.

— Qui a-t-elle atteint cette balle ?

— Le chameau brun qui rumine là-bas… La pauvre bête s’allongeait à terre, la langue pendante et fermait ses grands yeux sombres.

— Voilà un coup de fusil qui me coûte quinze livres sterlings, dit Mortimer furieux. Combien croyez-vous qu’ils soient, ces gredins ?

— Je crois bien qu’ils sont quatre seulement.

— Quatre armés de fusils, c’est certain, mais il peut y en avoir d’autres avec des armes blanches.

— Je ne crois pas ; c’est un petit groupe de cavalerie montée qui a fourni un raid dans ces parages. À propos, Anesley, c’est la première fois que vous voyez le feu ?

— Oui, avoua le jeune reporter qui éprouvait à ce moment un sentiment indéfinissable où se mêlaient la curiosité, le courage et l’émotion.

— L’amour, la pauvreté et la guerre sont trois choses dont il est nécessaire d’avoir fait l’expérience si l’on veut se flatter d’avoir eu une vie complète. Passez-moi donc les cartouches… Vous savez, mon jeune ami, c’est un tout petit baptême de feu que cet incident : derrière les chameaux vous êtes aussi en sûreté que dans une salle du club des Auteurs à Londres.

— Aussi en sûreté, c’est possible, mais moins confortablement, s’écria Scott. Cependant, Mortimer, nous pouvons nous vanter d’avoir une fameuse veine. Vous voyez d’ici la tête du général quand il apprendra que la première escarmouche a eu lieu… contre la colonne de la presse ! Pensez à l’agent de Reuter qui grille au soleil depuis huit jours, avec le gros des troupes… Et les journaux du soir !… Tiens ! Une autre balle qui vient de traverser ma moustiquaire… je l’ai échappé belle !

— C’est un des ânes qui l’a reçue.

— Si cela continue nous nous verrons dans l’obligation de porter nos bagages sur notre dos jusqu’à Khartoum.

— Qu’importe, mon cher ; tout cela nous donne de la copie. Je vois d’ici les « manchettes » Raid sur la ligne des communications. — Assassinat d’un ingénieur anglais. — La colonne de la presse attaquée.

— Très joli… mais je me demande quelle sera la fin de l’article, répondit Anesley.

Notre correspondant particulier blessé, s’écria Scott en roulant à terre. Pas trop de mal pourtant, fit-il en se relevant, une égratignure au genou.

— J’ai du diachylum à votre disposition.

— Tout à l’heure. C’est égal, c’est ennuyeux d’être fusillé à distance. Je voudrais bien les voir sortir de leur cachette.

—Vous allez être satisfait, ils approchent…

— Sapristi ! Notre bouilloire est cassée ! Avec le fracas d’un gong, une balle tirée par un Remington avait traversé la bouilloire de part en part et un nuage de vapeur s’était élevé au-dessus du feu. Des cris sau-