Ouvrir le menu principal

Page:Doyle - Du mystérieux au tragique.djvu/74

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


main droite ma carte que le domestique lui avait remise. Puis il sourit avec satisfaction, et je compris qu’extérieurement du moins il me trouvait à sa convenance.

— C’est mon annonce qui vous amène, n’est-ce pas, docteur Hamilton ? demanda-t-il.

— En effet, Monsieur.

— Remplissez-vous bien les conditions stipulées ?

— Je le crois.

— Vous êtes un homme solide, si j’en juge sur les apparences ?

— Très solide.

— Et résolu ?

— Il me semble.

— Avez-vous jamais su ce que c’est que de se sentir exposé à un danger imminent ?

— Jamais.

— Croyez-vous qu’en pareil cas vous auriez de la décision et du sang-froid ?

— ? Je l’espère.

— Et moi, j’en ai la conviction. Ce qui, chez vous, m’inspire surtout confiance, c’est que vous ne prétendiez pas savoir par avance ce que vous feriez dans une situation où vous vous trouveriez pour la première fois. J’ai idée que, dans la mesure où des avantages personnels s’imposent, vous réalisez l’homme que je cherche. Ceci établi, passons au second point.

— Lequel ?

— Parlez-moi des scarabées.

Je le regardai pour voir s’il plaisantait : au contraire, il se penchait avidement par dessus son bureau, et il y avait dans ses yeux comme une angoisse.

— J’ai peur que vous ne sachiez pas grand’chose des scarabées, cria-t-il.

— Mais pardon, Monsieur ! c’est le seul sujet scientifique sur lequel je sache vraiment quelque chose.

— J’ai plaisir à vous l’entendre dire. Parlez-moi donc des scarabées.

Et je lui parlai des scarabées. Je n’affirmerai pas que j’en dis rien de très original ; mais j’en déterminai brièvement les caractères en m’étendant sur l’espèce la plus commune, non sans faire quelque allusion aux spécimens de ma petite collection et à certaine étude sur les Nécrophores que j’avais publiée dans le Journal de la Science Entontologique.

— Quoi ! vous ne seriez pas collectionneur, peut-être ? s’exclama lord Linchmere. Vous ne voulez pas dire que vous soyez vous-même collectionneur ?

Les yeux lui dansaient de joie.

— Mais alors, vous êtes l’homme même que je cherche à Londres. Je pensais bien que parmi cinq millions d’individus il devait exister, cet homme. Le difficile, c’était de mettre la main sur lui. J’ai, en vous trouvant, cette chance extraordinaire.

Il frappa un gong posé sur la table : le domestique apparut.

— Priez Lady Rossiter de vouloir bien venir jusqu’ici, ordonna-t-il.

Peu d’instants après, Lady Rossiter entra dans la chambre. C’était une femme entre deux âges, petite, et qui ressemblait beaucoup à Lord Linchmere avec sa figure toujours en action et ses cheveux grisonnants. Mais l’expression d’angoisse que j’avais observée chez Lord Linchmere se marquait bien davantage chez elle. On eût dit que l’ombre d’un chagrin voilait ses traits.

Au moment Lord Linchmere me présenta, elle tourna pleinement vers moi son visage, et j’aperçus, avec une pénible surprise, au-dessus de son sourcil droit, une entaille à demi cicatrisée longue de deux pouces. Bien qu’en partie dissimulée par du taffetas, je pus me rend compte que