Page:Doucet - Moïse Joessin, 1918.djvu/75

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 73 —

Le mensonge est une maladie beaucoup répandue, chez les êtres humains ; la terre et le ciel en souffrent moins que les hommes : la vie des astres est régulière. À la connaissance des livres écrits, le soleil ne s’est arrêté qu’une fois, il y a longtemps, c’était du temps de Josué.

Il n’y a pas beaucoup de crime ici-bas où le mensonge n’entre pas.

Il correspond assez bien à la description de l’homme par Montaigne : le mensonge est « ondoyant et divers » il se revêt de multiples costumes.

Ouvrez, le premier résumé d’histoire universelle, ou même un simple résumé d’un pays en particulier, et, après quelque méditation sérieuse, dites-moi, si les peuples dans leurs meilleurs jours n’étaient pas prospères. On ne peut prouver que les plus grandes richesses donnent le bonheur, toute exagération est un germe de folie, et l’hypertrophie est un mal dangereux, mais la prospérité en général est la proche parente du