Page:Doucet - Moïse Joessin, 1918.djvu/71

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 69 —

à ceux qui les trouvent, n’est-il pas désirable de souhaiter à son pays et aux siens, d’améliorer et leur vie quotidienne et d’assurer pour eux-mêmes et pour leurs enfants un avenir où reposer leur esprit et leurs jours.

Si l’histoire nous prouve qu’avec les efforts suffisants et le secours d’un créateur, qui donne quelquefois notre grain à ses petits oiseaux, les positions s’améliorent ; si l’histoire nous prouve que les juifs ont été plus heureux à gagner leur vie librement qu’en esclavage chez les Égyptiens, n’est-il pas juste à nous d’essayer d’adoucir la rudesse de l’existence en épargnant sur nos années d’abondance en vue d’adoucir l’épreuve des années de disette ?

Ne pouvons-nous pas sauver un peu de nourriture sur la large ration des sept vaches grasses pour subvenir un peu à la faim des sept vaches maigres ?

La pièce de dix sous n’est pas plus dure à serrer chez le pauvre, que la pièce de dix piastres, chez