Page:Doucet - Moïse Joessin, 1918.djvu/38

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 36 —

Joessin demanda : « Qu’est-ce que c’est ça c’t’affaire de maladie-là ?

J’ai eu la grippe, des coliques et j’ai reçu des briques, mais pas trop de mastique. »

Non, non, pas trop de mastique, reprit le médecin, c’est thromatique, c’est-à-dire que vous êtes crevé.

« Dans tous les cas c’est pas comme ça que j’aimerais à finir. C’est pas Francis Grignier qui m’aurait pris en traitre comme ils ont fait, eux-autres ! »

Monsieur le curé lui répliqua qu’il fallait pardonner à ceux qui nous font du mal.

« Moi, dit Joessin je pardonne bien mieux à ceux qui ne s’arment pas pour nous détruire. »

Visiblement la fièvre augmentait…

Quand le prêtre lui administra les Saintes huiles, contenues dans une petite fiole d’argent Joessin sourit en murmurant : C’est pas un quat’épaules, ça contient pas cinq demiards.