Page:Doucet - Moïse Joessin, 1918.djvu/37

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 35 —

bile qui soit apparue dans cette ville des États-Unis, après avoir été frappé par cette machine.

Ce devait être un dimanche, puisque une grande foule encombrait les rues. En tout cas, Moïse fut frappé lourdement, à un tournant.

S’étant relevé assez prestement, un ami et son frère Pierre croyaient que le choc ne devait pas avoir de suites graves. Moïse n’était pas de leur dire et, revenu à sa maison, il restitua un peu d’eau rousse. On le persuada de se mettre au lit.

Il répétait : « Jésus ! C’est pas des farces à faire. Des machines sans yeux ça ne voit pas clair. Moi je n’ai jamais frappé dans la rue un passant qui ne me disait rien. C’est pas comme ça qu’on attaque un homme. »

Le prêtre et le médecin furent mandés à son chevet. Le médecin dit que c’était une péritonite égüe et thromatique.