Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/98

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Quelques-uns avaient des bottes à haute tige, avec des plis, de celles-là dont s’enorgueillissent certains enfants gâtés par des parents riches.

Le groupe d’enfants parlait de quelque chose avec une grande animation, et il était évident qu’on tenait conseil.

Alexey ne passait jamais indifférent auprès des enfants. À Moscou déjà il les fréquentait souvent. Il aimait en particulier les bambins de trois ans ; mais les écoliers d’une douzaine d’années étaient aussi ses amis. Aussi, bien qu’il fût préoccupé en ce moment, il eut envie d’aller près d’eux et d’engager conversation.

Tout en s’approchant, il examinait leurs visages roses et animés, et il s’aperçut que tous, ou à peu près, avaient des cailloux dans les mains.

À trente pas du groupe et près d’une haie se trouvait un autre gamin. C’était