Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/94

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grand soulagement au petit malade.

La tendre amitié, la compassion même de tous ces enfants, ses ennemis d’hier, le touchaient au dernier point. Il ne manquait que Krasotkine, et son absence lui pesait lourdement sur le cœur.

Cet épisode de sa vie où il s’était jeté, le couteau à la main, sur Krasotkine était le plus amer des souvenirs du malade, et surtout parce que Krasotkine avait été jadis son unique ami et son défenseur.

L’intelligent Smourov, qui était venu le premier faire la paix avec Ilioucha se doutait bien de cela. Malheureusement, quand il eut dit à Krasotkine, avec bien des détours, qu’Alexey désirait le voir pour « une affaire importante », celui-ci ne le laissa pas achever et dit à Smourov de transmettre ceci à Alexey : qu’il savait ce qu’il avait à faire, qu’il