Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/93

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lit n’avait qu’un très petit coussin. Un coin de la chambre était séparé par un rideau, ou plutôt par un drap tendu sur une corde. On apercevait derrière ce rideau un troisième lit arrangé sur un banc et une chaise. Une simple table en bois blanc était près de la fenêtre du milieu, car il y avait trois fenêtres aux carreaux verts et assombris par le temps et la poussière ; la chaleur était très grande.

Il y avait beaucoup de monde dans la chambre ; c’étaient des camarades d’Ilioucha, et bien qu’ils eussent pu affirmer le contraire, c’était bien Alexey Chestomazov qui les avait réunis pour faire la paix avec Ilioucha.

L’art de Chestomazov, en cette circonstance, avait consisté à les amener là tous, l’un après l’autre, comme par un effet du hasard.

Ce concours d’amis apportait un