Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/82

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Je vous jure que je ne me souviens aucunement d’avoir ri en ce moment-là. J’avais même pour lui une grande pitié et peu s’en est fallu que je ne prisse sa défense.

Tout à coup nos regards se rencontrèrent. Je ne sais ce qu’il vit dans mes yeux, mais il saisit son canif, se jeta sur moi et me l’enfonça dans la cuisse droite. Je ne bougeai pas, et pourtant je suis parfois brave, Chestomazov. Je me contentai de le regarder fixement avec mépris comme pour lui dire : « Tu voudrais peut-être recommencer pour l’amitié que j’ai eu pour toi. Eh bien, je t’attends. »

Il ne recommença pas, et n’y tenant plus il jeta son canif, se mit à sangloter et se sauva. Je n’ai rien dit de cette affaire, et j’ai commandé aux autres de n’en rien dire pour qu’elle n’arrivât pas aux oreilles de l’autorité. Je ne l’ai même