Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/72

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


passant devant une glace, et il s’éloignait indigné ; parfois il se demandait même s’il avait le visage intelligent.

Il ne serait pourtant pas juste de dire que Kolia était tout à fait absorbé par ses réflexions au sujet de son visage et de sa taille, bien au contraire. Il oubliait vite tout cela, et pour longtemps, dès qu’il avait tourné le dos à la glace, « se donnant tout entier à la vie réelle », selon son expression.

Alexey Chestomazov arriva bientôt, se dirigeant vers Kolia d’un pas précipité ; celui-ci s’aperçut quelques pas à l’avance de l’air joyeux d’Alexey.

« Serait-il donc si content de me voir ? » pensa Kolia non sans quelque satisfaction.

Son étonnement augmenta encore en remarquant qu’Alexey, dans son empressement à venir à lui, n’avait même pas mis un paletot.