Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/64

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


C’est peut-être lui qui te battra. Tu es un imbécile, c’est moi qui te le dis.

— Pas Tchijov, mauvaise femme, c’est le gamin. Que je l’attrape ! Il s’est moqué de moi.

Les marchandes furent prises d’un fou rire. Pendant ce temps Kolia était parti d’un air vainqueur et se trouvait déjà loin. Smourov marchait près de lui, se retournant à chaque instant du côté du groupe qui criait en arrière.

Smourov était toujours de bonne humeur, mais il craignait aussi d’avoir avec Kolia quelque mauvaise affaire.

— Quel est ce Sabanéiev dont tu lui as parlé ? demanda-t-il en se doutant toutefois de la réponse.

— Je n’en sais pas plus que toi. Maintenant ils vont crier avec cela jusqu’au soir… J’aime bien exciter les imbéciles dans toutes les classes de la société. En voilà justement encore un, ce moujik