Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/61

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ne connaissait même pas Sabanéiev.

— Arrête donc un peu, eh ! De quel Sabanéiev parles-tu ? s’écria le jeune commis revenu de sa stupéfaction et tout hors de lui.

— De quoi parle-t-il donc ? demanda-t-il aux marchandes d’un air tout stupide.

Celles-ci se mirent à rire.

— Quel malin que ce gamin-là ! fit une d’elles.

— Mais enfin de quel Sabanéiev parlait-il ? répétait toujours le commis, criant à tue-tête et le bras levé.

— C’est probablement de ce Sabanéiev qui était en service chez Kouzmitchev. C’est de celui-là, fit une marchande, comme si elle avait deviné.

— Le commis la regarda fixement.

— Kousmitchev ! dit une autre, mais ce n’est pas un Trifon. Son nom est Kousma et non Trifon, et le gars l’ap-