Page:Dostoïevski - Les Précoces.djvu/46

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Allons, est-ce qu’on me fouette ! Et Pérezvon est-il avec vous ?

— Pérezvon est là.

— Vous l’emmenez aussi là-bas ?

— Il viendra aussi.

— Ah ! si c’était Joutchka ?

— Impossible, Joutchka. Il n’y a plus de Joutchka ; elle est disparue dans la nuit de l’inconnu.

— Est-ce qu’on ne pourrait pas y faire quelque chose, fit Smourov en s’arrêtant tout à coup. Puisque Ilioucha nous a dit que Joutchka était aussi poilue et gris fer comme Pérezvon, ne pourrait-on pas lui dire que c’est Joutchka ? Peut-être il le croirait.

— Écolier, fuis le mensonge, et d’un ; même pour faire une bonne action, et de deux… Mais je compte bien que tu n’as rien dit là bas de ma visite.

— Que Dieu m’en garde. Je comprends bien. D’ailleurs, Pérezvon ne le